Un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour le loup!
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Carte d'identité du loup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:28

Classification du loup

Règne : Animal
Embranchement : Cordé (possède une corde dorsale permanente ou seulement pendant l'embyogenèse)
Sous-embranchement : Vertébrés
Classe : Mammifère
Ordre : Carnivore (cet ordre regroupe 8 familles terrestres et 2 aquatiques)
Famille : canidés (compte 13 genres et 38 espèces)
Genre : Canis (rassemble 8 espèces dont le loup)
Espèce : Lupus (loup)

Formule dentaire des canidés : 3.1.4.2/3.1.4.3 = 42

Espèces apparentées au loup

Canis mesomelas : chacal à chabraque (Afrique de l'Est et du Sud)
Canis aureus : chacal doré, chacal commun (Afrique du Nord et de l'Est, sud-est de l'Europe, sud de l'Asie)
Canis simensis : loup d'Ethiopie (montagnes d'Ethiopie)
Canis adustus : chacal à flanc rayé (Afrique centrale)
Canis rufus : loup rouge (réintroduit en Caroline du Nord en 1987)
Canis latrans : coyote (Etats-Unis, Sud du Canada)
Canis lupus familiaris : chien
Canis lupus familiaris dingo : dingo (Australie, Sud et Sud-est asiatique)

Les sous-espèces (ou formes) de loups en Amérique du Nord

Canis lupus arctos : loup arctique
Canis lupus occidentalis : loup d'Alaska
Canis lupus nubilus : loup du Minnesota
Canis lupus baileyi : loup mexicain
Canis lupus lycaon : loup du parc d'Algonquin
Canis rufus : loup rouge (est une espèces différente)
Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:28

Longueur : de 110 à 148 cm de long de la pointe du nez à la base de la queue. Longueur de la queue : de 30 à 35 cm de long.
Poids : il oscille de 16 à 80 kg. Seuls les mâles adultes vivant aux latitude septentrionales, au Canada et en Sibérie atteignent 80 kg . La moyenne pour le loup italien est de 25 à 35 kg pour les mâles adultes, avec des valeurs maximales de 40 à 45 kg.
Hauteur au garrot : de 50 à 70 cm
Couleur : la palette de coloris est très variable, du noir au blanc en passant par le crème, l'argenté, le marron, le roux, le gris. On observe de nombreuse variations individuelles des dessins sur la tête (face et cou) et les flancs.
Empreinte : seuls les doigts laissent une marque sur le sol, ce qui est caractéristique des digitigrades. Les pattes postérieures se terminent par 4 doigts, les antérieures par 5 doigts (4 seulement reposent au sol et sont visibles). L'empreinte laissées par une patte avant est plus grande que celle d'une patte arrière et mesure 10-12 cm de long sur 8-10 cm de large. Les empreintes peuvent être confondues avec celles de chiens de taille équivalente.
Vue : elle est médiocre, le loup distingue probablement que le rouge et le jaune, et perçoit surtout les mouvements.
Ouïe : elle est très développée. Les pavillons des oreilles amplifient la perception des sons. Orientables, ils assurent une bonne localisation directionnelle.
Odorat : c’est le sens le plus développé. Le loup vit essentiellement dans un monde d’odeurs.
Hurlement : il dure de 0,5 seconde à 14 secondes, et sa fréquence varie de 300 à 1800 Hz. Un louveteau peut hurler dès l’âge de 32 jours.
Cerveau : son volume est de 170 cm3.
Denture : les loups adultes sont pourvus de 42 dents : 12 incisives (6 en haut et 6 en bas), 4 canines, 16 prémolaires, 10 molaires (4 en haut et 6 en bas). Les incisives servent à saisir, à pincer et à dépecer. Les canines lacèrent et retiennent les proies. Molaires et prémolaires servent à cisailler, à broyer et à malaxer.
Vitesse : le loups court en moyenne à 25km/h, avec des pointes à 70km/h. Il peut parcourir plus de 100km en 24h.
Pelage : le fourrure est composée de poils de jarre - raides, longs (environ 6 cm) et visibles en surfaces – et de bourre, un duvet isolant.
Gestation : 63 jours en moyenne (variations possibles de plus ou moins 4 jours).
Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:30

L'éfficacité de la chasse des loups est difficile à étudier. Mech (1966) a été le premier à montrer que les loups manquent souvent leurs proies.
Des observations interessantes de prédation sur l'élan sur l'Ile Royale ont été rapportées par Mech. Ce biologiste a éffectué 68 heures d'observation par avion, entre les mois de février er mars, sur trois années consécutives, lors desquelles il a pu observer 66 chasses impliquant 131 élans.

Voici le compte-rendu :


Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:32

Le marquage

Pour procéder au marquage odorant, le loup utilise quatre moyens distincts : la miction patte levée (en anglais RLU pour raised-leg urination), la miction en position accroupie (en anglais SQU pour squat urination), la défécation (scat en anglais) et le déchaussage (scratching en anglais), terme de vénerie désignant la façon dont un loup gratte le sol avec ses pattes avant droite et gauche en alternance, entraînant un mouvement combiné de la patte arrière de côté opposé, et toujours associé à la défécation ou à la miction.

Seuls les loups dominants, mâle et femelle, réalisent le marquage du territoire, ils le font tout deux pattes levée. Un couple fraîchement installé sur son territoire marque avec un plus grande fréquence qu’une meute établie depuis plusieurs mois ou plusieurs années. Chez toute les meutes, le marquage est deux fois plus abondant en bordure qu’en zone centrale. Il semble que le marquage doive être réactivé dans un délai maximal de trois semaines.
Pour les biologistes, l’interprétation consensuelle est que, en déposant une marque odorante, le loup appose un signal : le territoire est occupé, les intrus sont malvenus.


Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:34

Mimiques faciales et corporelles (en gros)

La position de la queue qui présente deux extrèmes : si l'animal arbore la queue haute, il est confiant ou veut s'imposer (domination). La queue entre les jambes traduit la peur et/ou la soumission.

La position des oreilles qui se manifeste aussi par deux extrèmes : les oreilles dirigées verd l'avant peuvent signifier que l'animal est confiant, attentif ou menaçant. Les oreilles plaquées en arrière désigent la peur et/ou la soumision.

La position générale du corps : haut sur pattes, présentant une stature droite, l'animal peut être confiant, menaçant ou encore vouloir s'imposer. Une position basse du corps, l'animal étant fléchi sur les pattes, peut signifier la peur et/ou la soumission. La position la plus basse correspond à l'allongement sur le sol. Le loup avance alors en rampant.

La disposition des babines et l'ouverture de la gueule : les incisives et les canines découvertes indiquent généralement la menace. Si les molaires sont aussi apparentes, le loup exprime la peur.

L'érection des poils sur le dos : menace ou colère. Plus les poils sont érigés le long du dos, plus l'animal est menaçant.

La combinaisons de toutes les positions : un loup présentant une position haute et stable avec une érection des poils de la nuque jusqu'à la base de la queue, arborant la queue haute, les oreilles pointées vers l'avant, la gueule ouverte ne laissant apparaître que les incisives et les canines est un animal menaçant.

(à savoir : uriner, les oreilles plaquées en arrière et une position basse du corps est un signe de soumission)

Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:35

Régime alimentaire du loup par espèce

Antilope cervicapra (bovidé, artiodactyles) : cette petite antilope (la seule à porter le nom latin Antilope) de 25 kg à 45 kg est l’une des proies principales dans certaines régions de l’Inde (région de Bhal et sanctuaire de Bustard).

Antilope saïga (Saiga tatarica) : constitue une proie dans les steppes et déserts de Russie et du Kazakhstan.

Ane d’Asie (Equus hemionus) : équidé pouvant atteindre 290 kg ; proie du loup dans le désert de Gobie (Mongolie).

Bison européen et bison américain (Bison bonasus et Bison bison) : le bison européen n’est généralement pas prédaté. Actuellement, les bisons vivent isolés en petites populations et ne représentent qu’un faible pourcentage dans la communauté d’ongulés. Dans la Caucase, on a trouvé des crottes de loups contenant des poils de bison, certainement consommé en tant que charogne. Le bison n’a probablement jamais été une proie importante, car ces bovidés vivaient dans des communautés d’ongulés dont certaines espèces sont plus petites, plus nombreuses et surtout plus faciles à capturer. Par contre, en Amérique du Nord, le bison est une proie principale à Wood Buffalo Park. Au printemps, les veaux sont sélectionnés d’une manière disproportionnée par rapport au nombre de bisons adultes et d’élans (aux effectifs plus restreints). Les bisons adultes y sont chassés.

Buffle noir (Antilocarpa cervicapra) : proie du loup dans certaines régions de l’Inde.

Castor européen et castor canadien (Castor fiber et Castor canadensis) : dans certaines parties de l’Europe russe, les castors sont prédatés intensivement. Ils peuvent aussi être des proies de prédilection pendant les périodes de neige dans certaines régions du Canada.

Cerf et wapiti (Cervus elaphus et Cervus canadensis) : les cervidés sont les proies favorites des loups en Europe. Le cerf est sélectionné partout, sauf dans la réserve de Mordovski, en Russie, en raison de l’introduction du cerf Sika, espèce privilégiée. Dans différentes régions du Canada, le wapiti est la proie par excellence, même en présence d’autres ongulés. Le cerf constitue aussi une proie en Mongolie.

Cerf de Sibérie (Cervus elaphus sibiricus) : prédaté dans la partie méridionale des montagnes de l’Oural et en Asie, comme à l’Ouest des montagnes de Sayan (Russie).

Cerf Sika (Cervus nippon) : originaire de Chine, introduit en divers endroits de Russie, il est devenu la proie principale des loups et peut être lourdement sélectionné.

Cerf mulet (Odocoileus hemionus) : prédaté dans l’Ouest de l’Amérique du Nord, notamment au Canada, dans les montagnes Rocheuses.

Cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) : prédaté principalement en Amérique du Nord d’où il est il est originaire, et en Finlande où il a été introduit.

Chameau (Camelus bactrianus) : ce camélidé, qui peut atteindre 650 kg, est prédaté par les loups dans le désert de Mongolie.

Chamois ( Rupicapra rupicapra) et isard (Rupicapra pyreneica) : la prédation est signalée surtout au Mercantour et dans les Hautes-Tatras (Pologne et Slovaquie). Dans les A bruzzes, il ne semble pas être une proie privilégiée. Peu d‘informations disponibles pour le reste de l’Europe.

Chèvre à Bézoard (Capra aegagrus) : prédaté dans la partie nord du Caucase et au Turkménistan.

Chèvre des montagnes Rocheuses (Oreamnos americanus) : semble être une proie rare, mais chassée dans le sud-est de l’Alaska.

Chevreuil (Capreolus capreolus) : prédaté intensivement dans certaines régions d’Europe où sa densité élevée est corrélée d’absence ou à la raréfaction de cerfs, ainsi qu’à la présence d’une seule autre espèce d’ongulé, en général le sanglier ou l’élan.

Daim (Dama dama) : proie jadis importante dans certains régions d’Italie.

Ecureuil : découvert dans des crottes récoltées d’août 1995 à mars 1996 dans le Mercantour.

Elan (Alces alces) : proie principales seulement dans les régions où les ongulés de taille moyenne sont rares ou peu accessibles. L’élan est une proie dangereuse pour les loups, à tel point qu’ils dépendent lourdement des autres espèces d’ongulés quand elles sont présentes. Par contre, en Alaska et au Yukon, à densité égale entre le renne et l’élan, ce dernier est la proie principale.

Gazelles (Gazella sp.) : plusieurs espèces de gazelles sont des proies au Moyen-Orient, comme en Israël et en Arabie Saoudite.

Gazelle à queue noire (Gazella subgutturosa) : cette petite gazelle de 30kg à 40 kg est la proie du loup dans le désert de Gobie (Mongolie). Présente dans d’autres pays où vit le loup (de la Palestine à la Chine en passant par l’Iran et le Turkestan), elle y est probablement également prédatée, bien qu’aucune donnée ne soit disponible sur ce point.

Gazelle de Mongolie (Procarpa gutturosa) : cette autres espèce de gazelle est aussi une proie dans le désert de Gobie.

Léporidés : en Russie, dans les régions de toundra et taïga, le lièvre variable (Lepus timidus) peut constituer la majorité du régime alimentaire. Dans une région montagneuse d’Espagne (Douro Meseta), les léporidés sauvages deviennent des proies d’importance saisonnières. En Israël, le lièvre brun (Lepus capensis) peut occuper une part importante dans le régime alimentaire. Apparemment, les loups trouveraient les lièvres écrasés au bord des routes. Le lièvre variable est volontiers chassé sur l’île d’Ellesmere.

Marmottes (marmota marmota) : proie au Mercantour. Une autre espèce est chassée dans le sud-est de l’Alaska.

Micromammifères : taupes, mulots, campagnols : découvert dans 10% des 240 crottes récoltées d’août 1995 à mars 1996 dans le Mercantour.

Mouflon (Ovis musimon) : le mouflon introduit en Italie et en France est fortement prédaté.

Mouton d’Argali (Ovis Ammon) : proie dans le désert de Gobi.

Renne et caribou (Rangifer tarandus) : le renne sauvage est surtout prédaté dans la toundra en Russie et sur le plateau de Sibérie centrale où les loups peuvent localement s’en nourrir exclusivement. Il existe peu d’informations sur la prédation du renne par les loups en Europe. Le renne serait plutôt une espèce non sélectionnée, sans que l’on sache pourquoi. Par contre, en Amérique du Nord, le caribou peut-être une espèce vulnérable, car incapable de se défendre contre des prédateurs, contrairement à l’élan. De plus, il présente un taux de reproduction plus faible que les cerfs.

Renne semi-domestique ( Rangifer tarandus) : principalement prédaté dans le nord de l’Europe, dans les régions où se trouvent les élevages.

Sanglier (Sus scrofa) : espèce évitée en général par les loups. N’est chassé qu’en de rares endroits de Russie, en Italie, Croatie et Mongolie. Pourrait être localement une espèce vulnérable en raison des conditions d’habitat spécifiques, d’une quantité importante de jeunes individus dans la population ou encore d’une spécialisation de certaines meutes. La prédation intensive sur le sanglier dans certaines localités montre son importance potentielle comme proie à travers l’Europe, notamment grâce à son fort taux de reproduction et à sa densité potentiellement élevée.

Souslik ( Citellus fulvus et Citellus pygmaeus) : dans certaines régions de Russie, en l’absence d’ongulé sauvage (antilope saïga et sanglier, exterminés par l’homme), les loups survivent de rongeurs comme le souslik (Citellus fulvus) et le souslik pygmée (Citellus pygmaeus) en été.
Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:38

Une empreinte énigmatique

L’empreinte du loup est difficile, voire impossible à distinguer de celle du chien. En règle générale, le loup a le pied plus étroit, plus long. La forme triangulaire de la pelote centrale donne un certaine impression d’allongement. Les deux doigts médians sont placés assez haut. Les doigts latéraux sont écartés et placés assez bas par rapport aux doigts médians.
Cette empreinte est d’autant plus difficile à interpréter ou à distinguer avec certitudes de celle du chien qu’elle dépend à la fois du substrat (neige, boue…) et de l’allure de l’animal.
Sa taille résulte de la nature du sol, des conditions d’humidité, de la température dans les heures qui ont suivi le passage. Sur la boue, l’empreinte de la patte avant peut paraître énorme : jusqu’à 12 cm de long et plus de 10 cm de large. Celle de la patte arrière est toujours petite. Sur la neige dure, une patte avant peut mesurer 11,5 cm/9,5 cm (avec griffes), tandis que l’arrière peut mesurer 10 cm/7,5 cm (avec griffes). Sur la neige molle, le même individu peut laisser des empreintes différentes, 12 cm/9,5 cm pour la patte avant (avec griffes) et de 10 cm/9 cm pour la patte arrière (avec griffes). De plus, lorsque le loup se déplace sur des terrains difficiles, il peut agripper le sol avec ses doigts, ce qui modifie grandement l’aspect de l’empreinte.

Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:43

Une Meute

Une grande famille

Les loups ont une organisation sociale particulière : ils vivent en meute, groupe familial où se définissent de très forts liens interrelationnels (qui domine qui ? qui se soumet à qui ?). C’est une grande famille où s’unissent le mâle et la femelle dominants, les jeunes loups, progénitures du couple, et d’autres loups plus vieux, des frères et sœurs du couple alpha, ou l’ancien mâle dominant devenu trop faible pour assurer son rôle de loup alpha. La meute peut aussi « adopter » un nouveau arrivant, comme l’on a pu observer dans le parc de Yellowstone (cf. « La Revanche Des Loups » de National Geographic). Le loup en question, entrant sur le territoire d’une meute étrangère, se voit en grand danger et se doit de répondre à des longs « test » avant d’être accepter en tant que membre de la meute.
Le clan est généralement constitué de 4 à 8 loups, voire beaucoup plus. Des meutes contant jusqu’à plus d’une vingtaine de loups ont déjà été observés dans les régions nordiques, au climat très froid comme le nord du Canada ou la Sibérie.


L'individu dans la meute

Chaque loup a son rôle dans la meute. Le couple alpha domine le groupe, et s'efforce chaque jour par un langage corporel défini, tout un code développé d’attitudes, de postures et de mimiques faciales, d’affirmer son autorité. Ils ont leur rôle, guide leur meute à la chasse et possède des privilèges, tels l'accès prioritaire à la nourriture, la reproduction. Ce sont en effet les seuls à se reproduire dans la meute, ce système instinctif permettant ainsi de réguler les naissances. Sans cette sélection naturelle, les loups seraient en surpopulation, mettant en danger l'écosystème dans lequel ils vivent : menaçant la faune de leur environnement par une prédation trop importante et régulière, ils risqueraient la survie de leur espèce. Et sans prédateur pour réguler les espèces proies, celles-ci seraient en danger de surpopulation, entraînant avec la disparition de la flore, leur extinction. Le fragile équilibre de l'écosystème est totalement bouleversé avec la perte d'un super prédateur tel que le loup, au sommet de la chaîne alimentaire. Une étude menée à Yellowstone, a prouvée, que la réapparition du loup dans cette région, régulant naturellement les populations de cervidés, a permis à la flore de se développer. Cette explication met en avant certes l’équilibre naturel et fragile de la chaîne alimentaire, et aussi l’importance de la structure sociale hiérarchique chez les loups. Le mâle et la femelle alpha se situe au plus haut de la hiérarchie et occupent un rôle capital dans la meute : ils maintiennent constamment l’esprit hiérarchique par un mode de communications olfactifs, sonores et visuels complexes, et assurent la descendance. Les subalternes ont aussi une place importante : ils s’occupent des louveteaux et nourrissent la louve mère à la lovière.

(Source : http://biowolves.over-blog.net/ )
Revenir en haut Aller en bas
Yellowstone
Admin
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 14/03/2010
Age : 29
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   Jeu 18 Mar - 23:45

Le loup dans le ciel

La constellation Lupus : Les Grecs et les romains représentaient ce groupe d’étoiles par quelques bêtes sauvages. Plus tard, la Constellation fut incluse dans les cartes illustrées comme le Loup tué par le Centaure. C’est aussi de cette façon que J. Hevelius la représenta dans son atlas en 1690.



Remarquez que Hevelius dessinait les cartes stellaires avec l’ouest et l’est inversés, comme c’était alors la coutume, comme si les étoiles étaient « vues par les dieux » depuis l’autre côté de la sphère céleste.
Voilà pourquoi le Centaure attaque le loup par la gauche, alors que dans le ciel, ils se présentent dans l’autre sens à notre regard.

L’étoile la plus brillante du loup, a Lupi (2,3 mag), est une étoile double dotée d’un pâle compagnon (13,3 mag).

Où observer Lupus : en suivant la Voie Lactée au-delà du Scorpion, on trouve la constellation du Loup.



Mag (Magnitude) : mesure l’éclat, ou encore la brillance, des étoiles

(Source : Constellation d’Antonin Rükl, édition Gründ – google pour les images)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carte d'identité du loup   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carte d'identité du loup
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Puces électroniques (carte d'identité animale)
» cartes d'identité de quelques animaux
» L’étiquette : la carte d’identité du vin
» arnaque avec photo et carte d'identité
» carte identité demandée par acheteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Marche du Loup :: Présentation :: Les loups-
Sauter vers: